Une autre histoire, sur la piste des Dieux

Une autre histoire, sur la piste des Dieux

Les origines de l'Islam

 

Dans les temps préislamique en Arabie et à la Mecque, les déesses Al'Lat (Q're ou Kore), Al'Uzza et Menat (ou manat) était bien connues.

 

La déesse Al'Uzza était associée à Vénus, l'étoile du matin.

La Chabbou ou Kabu (pierre rectangulaire) était un symbole de la déesse Al'Lat. Le titre de la
déesse Al'Lat est «mère des dieux ». Un de ses titres était aussi la « déesse mère ».

Chaabou est identifiée aussi à la déesse Kore ou Core (d'où le Coran), appellée Ashtar par les sémites du nord et Ishtar par les babyloniens.

Al'Ilat ou Al-Lat (ou encore Allatu chez les babyloniens) était vue comme la fille d'Al-Lah (« Le dieu »), seigneur de la Ka'Bah à la Mecque.

 

http://www.balaams-ass.com/ALHAJ/page13.htm

 

La contraction du nom Al'Lat est Allat, ou Ala, représentant la « déesse mère », compagne de Allah.

 

La Ka'ba de la Mecque était aussi appelée Kubaba, Kuba ou Kube. C'est lié au nom de la déesse Cybèle (Kybela), autre nom de la « déesse mère ». La Kaaba, dont la pierre noire est enchâssée au milieu d'une forme très particulière :

 

 

La pierre noire est enchâssée dans une sculpture en argent (métal associé à la lune) en forme de vulve géante.
Humour ? Ou cynisme poussé à l'extrême ?

Cet artefact tend à confirmer le lien avec un ancien culte païen dédié aux déesses mères.
Outre la lune, il semble que la Kaaba soit aussi associée à Saturne :

"Les Perses prétendaient que la Pierre Noire avait été déposée dans la Kaaba par Mahabad et ses successeurs, avec d'autres reliques et que c'était une représentation de Saturne."
http://atheisme.free.fr/Contributions/Islam_paganisme.htm


Hors Saturne c'est Cronos/Yahvé/An/Shiva, le dieu jaloux, époux de la Déesse Mère, Vénus/Ishtar/Shakti.

La pierre noire de la Kaaba semble correspondre à la pierre lingam de Shiva.

 

 

D'ailleurs, pour souligner le lien entre le pré-islamisme et le Shivaïsme, signalons que le mot kaaba est un dérivé de kaabali en langue tamil parlé en Inde.

Aussi dans l'Islamisme, la pierre noire de la Kaaba est appelée Hajre Aswad.
Or dans l'Hindouïsme, le ligam de Shiva est appelé Sanghey Ashweta.

Le piédestal Maqam-E-Ibrahim au centre de la Kaaba est de forme octogonale.
Dans l'hindouisme, le piédestal de Brahma, le créateur est également de forme octogonale

Les anciens textes védiques indiens se réfèrent à la Mecque comme un lieu où Alla la Déesse Mère était adorée. En sanskrit, Alla signifie «mère». Ce nom était lié à Ila, la déesse hindoue. Ila était l'épouse du dieu hindou Shiva dans sa forme connue comme Il, et cette forme de Shiva était connu et adorée par les pré-islamique de La Mecque. Une grande partie des échanges culturels et spirituels a eu lieu entre les marchands de La Mecque et l'Inde.

En sanskrit, Alla, Akka et Amba sont synonymes. Ils signifient une déesse ou une mère.
Et Akka correspond à Durga, Shakti et Parvati.

Le mot Mecque lui-même nous dévoile la relation entre les religions des péninsules arabe et indienne :
Mecque = Makkah = Ma + akka = mère Akka


Cette relation est corrélé par des artefacts : une inscription signée du roi Vikramaditya a été trouvée sur un plat en or à l'intérieur du sanctuaire de la Kaaba à la Mecque, ce qui prouve hors de tout doute que la péninsule Arabique formait une partie de son empire des Indes.

La pierre noire de la Mecque est-elle une pierre de Shankara (Shivalingam ou Shankaram) ?

Elle représente sans doute les restes d'un culte ancien oublié :

"D'autres pierres sacrées se trouvent dans le voisinage de La Mecque. Elles étaient à l'origine des fétiches et "elles ont acquis une personnalité mahométane superficielle en étant associées à certains personnages de l'islam". La Pierre Noire est de toute évidence une météorite et elle doit sa réputation au fait qu'elle est tombée du ciel"
http://atheisme.free.fr/Contributions/Islam_paganisme.htm


Ceci tend à démontrer que les racines de l'Islam sont beaucoup plus profonde que ce que l'on pourrait croire.

Le mot Kaaba est un mot qui se prête bien à la décomposition en sumérien, un langage qui révèle souvent le sens premier :


ka : porte, bouche

aba : mer, lac, étendue d'eau, point
d'eau

kaaba = «la porte du point d'eau », «la bouche du point d'eau »

Ceci s'accorde tout à fait avec ce qui est dit ici :

« Cependant, même si la Ka'ba mecquoise a été édifiée à une époque indéterminée, peut-être
vers la fin de la période romaine, il semblerait qu'elle apparaisse probablement au départ comme un simple enclos de pierres sans toit, édifié à proximité immédiate d'un point d'eau salvateur au
fond d'une vallée sèche et non arborée. Sa construction dans ce lieu insolite signalait manifestement déjà une intention cultuelle et confirmait son caractère d'espace sacré, dans lequel chaque tribus nomades d'Arabie y déposaient les statues (asnam) de ses dieux »
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mecque

Si l'on poursuit la piste de la pierre noire, on rencontre Petra, la cité de pierre. Il y était adoré le dieu nabatéen Dusares (Dyonisos grec).

"Il était adoré, notamment à Pétra et à Bostra (Bosra, Syrie), sous la forme d'un bétyle, une pierre cubique, placée sur un piédestal (le môtab) à côté d'autres bétyles des divinités qui lui étaient associées. Sous l'influence de l'hellénisme, il était aussi représenté sous la forme d'un jeune dieu aux cheveux longs (comme Dionysos) ou encore sous la forme d'un dieu mûr et barbu.
Des textes tardifs remontant au début de l'époque byzantine donnent des précisions sur sa mythologie. Dusarès serait le fils de la Vierge Chaamou (prononcer Kaamou), sans doute une erreur de transcription pour Kaabou, le Cube (le Cube, forme du bétyle ou forme du sanctuaire)"
http://www.cliolamuse.com/spip.php?article457


On retrouve donc à Petra des pierres représentant des divinités dont la reine du panthéon est la Déesse Mère ou ses représentantes, Ala, reine de Saba.

La Mecque était à l'origine un lieu où l'on vénérait les déesses et les dieux, Mahomet n'y était sans doute pas étranger. Au même titre que Moïse, ardemment inspiré à créer une religion monothéiste fédératrice, Mahomet fut sans doute guidé pour une mission similaire. La différence est qu'il mit tant de zèle à servir son Dieu, à effacer les traces païennes d'un culte à la Déesse (alors en conflit avec ce Dieu), qu'il en vint à inspirer la méfiance envers la femme et la féminité, à voiler intégralement la Source du Mystère. Est-ce voulu ? Est-ce pour protéger la perle ? Est-ce par soucis de laisser immaculée la vierge de lumière dont chaque femme représente le miroir ?
Quoiqu'il en soit, on retiendra que les hommes se sont aussi voilés la face. Le voile épais est la conséquence du subtil. Le Mystère ne pouvant être dévoilé aux yeux physiques, il ne peut pas non plus être voilé par des moyens physiques. Peut-être est-ce ce qu'on peut retenir ?



19/06/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres