Une autre histoire, sur la piste des Dieux

Une autre histoire, sur la piste des Dieux

Jésus, fils de Yahvé ?

 


"LOGION 35

Comme l'annonce un précédent message intitulé : La révélation d'Issahâ, le personnage de Jésus et sa Mission sur les terres de Judée entrait dans les desseins des envoyés d'Arkâ. Marie - sa mère - était une Vestale Essénienne. Avec la participation du Grand Prêtre de cette Eglise, Nemrod-Yhwh, qui est un être immortel sur le plan physique, procéda à une expérience de Parthénogénèseà distance en ensemançant le Corps de Marie. Dès lors, celle-ci accoucha non pas d'un fils mais de Jumeaux. Le frère de Jésus resta caché longtemps avant d'entrer en scène un peu plus tard. Les rois Mages ne se trompèrent pas en reconnaissant en Jésus le roi des Juifs, car il était de la lignée de David, c'est à dire en réalité une émanation biologique et spirituelle de Nemrod-Yhwh, le dieu des Hébreux qui contrôlait toujours l'évolution sociale et religieuse de son peuple..."

Source : "Bugarach, la montagne sacrée", Jean d'Argoun, Guy Trédaniel éditeur

Nemrod-Yhwh correspond au dieu sumérien Anu, c'est à dire Saturne/Cronos/Mithra/Shiva, etc...
Selon les Wingmakers et d'autres sources, il serait un être multidimensionnel, un dieu et même un roi parmi eux, un maître de l'illusion du temps. Il est aussi appelé l'Ancien des jours et l'Eternel. C'est le dieu qui se cache au sommet de toute les religions de la Terre. C'est aussi le dieu de la montagne (Sinaï pour Moïse). Il est nommé Dieu dans la religion chrétienne. Or dans cette même religion, Jésus est appelé "fils de Dieu" et "roi des Juifs" (de par son affiliation à la lignée Davidique aussi). Et Anu/Yahvé était le dieu des Juifs. Aussi selon les évangiles, Jésus disait "mon Père" pour nommer la source créatrice. Pourquoi dire "mon Père" puisque le Source de l'intelligence universelle est innommable et sans type. Est-ce que c'est une déformation dûe aux pères de l'Eglise pour fonder un culte paternaliste ? Dieu le Père est une formule bien connue...

On peut se demander en tout cas, à la lecture de ce texte de Jean d'Argoun, si Jésus avait un lien de parenté spirituelle et/ou génétique avec Yahvé, le dieu des Juifs.
D'autant plus que Jésus en hébreu est Yeshua ou Yehoshuah : "Yahvé sauve".
Jésus lui-même devait bien savoir qui était ce "dieu" qui était aussi son "père". Jésus était peut-être l'héritier d'une conscience multidimensionnelle qui se faisait passer pour un Dieu absolu. Mais Jésus devait bien être au courant de ce fait plus que les autres de part la prise de conscience de son héritage spirituel et biologique. Aussi insista t-il bien pour dire que le véritable Dieu était une Source d'amour cachée au fond de tous les coeurs. Il s'est peut-être même rebellé intérieurement contre son "père spirituel" et la mission qu'il voulait lui voir jouer ? Une mission qui consisterait à se faire le messie ou messager d'un dieu paternaliste, cosmique, mais non absolu ? Peut-être a t-il détourné sa mission messianique pour l'avantage de la Source libératrice ? Ce qui aurait alors valu à Jésus d'être vu comme un fauteur de troubles et un dangereux hors la loi, pour Rome... mais aussi pour les forces agissant en coulisse du pouvoir (hiérarchie de Yahvé).

C'est peut-être la conciliation de cette ambivalence dans sa propre chair qui a amené Jésus à atteindre un niveau de conscience exceptionnel, un niveau de conscience Christique;  mariant l'"ombre" et la "lumière" pour un saut quantique hors de toute dualité.
C'est une hypothèse... Et je suis sûr qu'elle était partagée par certains Gnostiques et Cathares (sans doute avaient-il même des preuves ?). Ce qui leur a value d'être persécuté par la hiérarchie spirituelle de leur époque.











14/12/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres