Une autre histoire, sur la piste des Dieux

Une autre histoire, sur la piste des Dieux

Isis, la Joconde révélée

 

 

Ce sujet rejoignant l'"égypto-mythologie" est évoqué sur les antennes de "sud radio" (cf interview ci-dessous); et, justement, comme dans un clin d'oeil, la symbolique du logo de cette radio évoque la mythologie égyptienne : l'idée de soleil et de chaleur est subliminalement suggéré par la syllabe "Ra", le nom du dieu suprême du panthéon égyptien.
Parenthèse : En effet dans le logo est mis en évidence le nom du dieu "Ra", surmonté d'une sorte de couronne faite de 3 triangles (symbole géométrique du feu) et faisant penser à une triple flamme. Ceci sur fond rouge, couleur du feu dans sa forme révélée, et associée au sud selon de nombreuses traditions ésotériques (ça fait beaucoup d'énergie et de feu puisque le mot "sud" ajoute à la symbolique : en Feng Shui par exemple ça signifierait sans doute une grande ambition et un désir de rayonnement). Fermer la parenthèse...

 

 

 

 

La reine Isis qui est discernable dans le tableau par pivotement semble porter un bonnet phrygien, symbole de liberté et d'initiation (igni - tiation).

Le nom "mona lisa" révèle certains termes :
- anagramme de "la maison" (étonnante coïncidence : le prénom Lisa signifie "Dieu est ma demeure")
- on peut y lire en plus : "à mon asil(e)";
- et encore : "à mon lis" (on entend "à mon lys", le lys étant un symbole de la monarchie française, or "Mona" est le début de "monarque");

- en terme alchimique : "à mon sal" (sal = sel), et "salamon" (Sal d'Amon ?)

 

Bien sûr Leonard de Vinci était un initié et même un maître (du groupe "secret" du Prieuré de Sion selon les auteurs de l'"Enigme sacrée"). Il connaissait sans aucun doute l'alchimie et ses principes, et en tout cas l'art du peintre initié semble flirter avec celui de l'alchimiste.

 

Je vois Mona Lisa comme une représentation de la Vierge mâle, c'est à dire de la Déesse Mère, archétype vivant primordial de la Matrice-Univers pour les Hommes et les Dieux. Elle représente l'Unité anthropique d'où tout part et tout retourne comme autant de souffles d'inspirs et d'expirs. Elle est l'espace contenu au milieu de tous les temps : elle représente l'éternité. D'ailleurs on la trouve au milieu du tableau comme de l'histoire mythologique cachée derrière elle; ce qui est bien dépeint par le maître De Vinci, à la fois d'une façon triviale mais aussi par l'allégorie laissée à découvrir pour l'initié et pour le futur.

 

 

 

Derrière la Joconde se trouve une balustrade. En fait elle se trouve dans un théâtre et derrière elle se trouvent deux décors qui se rejoignent. C'est elle qui détient le mystère de la jonction entre un temps et un autre : c'est son corps qui nous la "cache". Elle surplombe donc, comme une reine, la scène de théâtre et ses décors. Son petit sourire en coin semble dire : "je supervise la scène de l'Histoire". Elle est la Vénus qui ne s'éteint jamais et qui brille de jour comme de nuit, dans tous les temps. Elle représente la jonction entre une  nuit et un jour, entre une mort et une renaissance. Elle est ancre. Encre éternelle pour l'écriture d'une grande Histoire.

 

Cette idée de jonction des temps est soulignée par la présence du pont qui semble raccordé au corps de la Joconde depuis notre perspective. C'est à lire comme un rébus ou un hiéroglyphe : la Joconde fait partie du pont, elle est le Pont. Elle reste sereine ("joconde" vient d'ailleurs de l'italien "giocondo" qui signifie serein et joyeux) malgré le temps et ses histoires qui passent derrière. Elle est à l'image du pont laissant couler l'eau de la rivière. Aussi permet-elle le passage d'une rive à l'autre, comme Isis avec sa barque funéraire. Elle laisse filer le temps et elle traverse le temps car elle est le pont mais aussi la rivière et même sa source. On voit se rapprochement à l'eau avec l'étoffe vaporeuse posée sur l'épaule et se prolongeant en arrière au côté de la rivière dessinée en contre-bas. L'eau permet le passage d'un état à l'autre, vers un monde au-delà ("eau de là", eau d'ici ?!...c'est à dire loin en illusion seulement). La Joconde donne une impression de stabilité et d'harmonie dans sa posture et elle est comme un rocher sur lequel coule son voile en direction de la droite du tableau. Tout invite à porter le regard à droite par des lignes de fuite. C'est la partie droite de Mona Lisa qui est mise en avant, autant par le sourire en coin que par la position du buste. A droite se trouve le pont symbolisant le passage. Aussi, l'horizon à droite penche légèrement et donne un indice quant au fait qu'il ne s'agit pas d'un véritable paysage mais d'un décor.

 

Selon la "légende" Osirienne, c'est la Déesse Mère sous le nom d'Isis qui permet la résurrection du corps en Horus. Elle le fait en utilisant le sexe. Or on le trouve à gauche de la Joconde, à l'intérieur du chemin qui serpente en forme de S à l'envers (cf étude de Thierry Gallier). On comprend donc que Leonard de Vinci avait laissé un indice avec la forme de ce chemin : c'est le miroir du S, initiale de sexe. C'est aussi le S de serpent, non pas tentateur mais plutôt initiateur de Santé et de Sagesse (la Sophia grecque).

D'ailleurs pour nous signifier que la Joconde/Déesse Mère représente aussi ce chemin (le Serpent, le Sexe, la Sagesse), celui-ci lui est raccordé par effet de perspective, à l'instar du pont à droite.

 

En fait il semble bien que le tableau se lise de gauche à droite, du passé au présent, de la tristesse et de la mort (séparation en morceaux) à la renaissance de la joie (retour à l'unité). La partie gauche pourrait représenter le décor générateur du nouveau décor à droite, donnant sur l'autre rive. Mona Lisa représente le sexe et le pont entre deux mondes, entre deux temps, tout en les laissant à l'arrière-plan dans sa souveraineté sereine. De là à dire que, d'une certaine manière, le sexe est un prolongement du pont ? C'est à dire qu'à travers lui, par une utilisation sage et maîtrisé de la sexualité, au sens taoïste du terme, on peut guérir et aguerrir la sérénité dans le temps. C'est une façon de rapprocher son corps et peut-être même de lui faire atteindre l'état immortel, c'est l'alchimie interne enseignée très sélectivement par les anciens sages de la tradition asiatique (cf les redécouvertes de Mantak Chia).

 

En résumé, je dirais que ce tableau symbolise la sérénité au milieu du temps et offre des indices à la postérité pour s'en approcher. Il représente la déesse mère, la demeure sereine : elle est l'archétype de la serrure et de sa clef cachée. Elle est sexe et sagesse, et il incombe à celui qui veut passer, de les unir dans l'Amour. C'est le gage de la résurrection en corps et en esprit. C'est ce faire Roi dans l'arène du théâtre ou dans le théâtre de la Reine... (théâtre c'est Théo-âtre : l'âtre de Dieu/Déesse où oeuvrent les Héros. C'est la métaphore de l'athanor, fourneau dans lequel s'opère la transformation en Or.)

 

Dans les yeux de la Joconde des experts ont pu déchiffrer des lettres, notamment un S dans l'oeil gauche et un L dans l'oeil droit. Les initiales de "Soleil" et de "Lune". D'ailleurs dans l'ensemble le côté gauche du tableau semble plus tourmenté et agité que le côté droit. Il y aurait donc un côté solaire, qui souffre (soufre), et un côté lunaire, qui scelle (sel). Cela me fait penser aux colonnes maçonniques Jakin et Boaz : le Soleil à gauche et la Lune à droite. Au milieu se trouve la porte et son étoile Vénusienne à 5 branches par lequel l'initié mercuriel passe et se fond pour naître une seconde fois, dans la lumière de l'Unité représentée par la Déesse.

 

D'une façon globale, je dirais tout simplement que le tableau de la Joconde dépeint l'Oeuvre de la Renaissance, dans tous les sens du terme...! Aussi exprime t-il Force, Beauté et Sagesse.

 

Ceci dit, on est sans doute loin d'avoir mesuré toute l'étendue du génie de Léonard de Vinci s'exprimant dans la Joconde. Qui le peut à part l'Artiste lui-même ? Je ne suis pas un initié et déjà j'y vois comme chacun une telle intelligence. Une intelligence qui donne du mystère à la beauté et de la beauté au Mystère. Elle parle à tous le monde, elle s'adresse au conscient et à l'inconscient : c'est la beauté et son mystère sous-jacent. Différence sans doute entre oeuvre et chef-d'oeuvre.

 

  Chiffre 5 à l'envers ? (en noir à gauche)

 

 

 

 

"Le nombre cinq tire son symbolisme de ce qu’il est, d’une part, la somme du premier nombre pair et du premier nombre impair (2+3) ; d’autre part , le milieu des neuf premier nombres. Il es signe d’union, nombre nuptial disent les Pythagoriciens ; nombre aussi du centre, de l’harmonie et de l’équilibre. Il sera donc le chiffre des hiérogamies, le mariage du principe céleste (3) et du principe terrestre de la terre mère (2)." (http://ganeshabreizh.unblog.fr/symbolisme-et-le-nombre-5)

 

 


Pour aller plus loin dans l'analyse : sachez que cette modeste réflexion, outre la présentation de l'étude de Thierry Gallier, est inspirée des informations présentées sur ces pages :

 

http://profshistoirelcl.canalblog.com/archives/2012/03/23/23851780.html

 

http://www.lecoindelenigme.com/Joconde-Prado.htm

 

http://www.lecoindelenigme.com/yeux-joconde.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



26/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres