Une autre histoire, sur la piste des Dieux

Une autre histoire, sur la piste des Dieux

"Dieux" et égrégores

Le célèbre occultiste Eliphas Levi donne une définition des égrégores :

 

"Les égrégores : mot mystérieux & terrible, dont l’explication pourrait rendre fou.

Qu’est-ce donc que les égrégores ? Les égrégores sont des dieux. Les égrégores sont des esprits moteurs & créateurs de formes. Ils naissent du respir de Dieu.

Dieu dort dans la nature & le monde est son rêve. En dormant, il aspire & il respire. Son souffle crée les égrégores, & il y a les égrégores de l’aspir & du respir. Ces puissances spirées sont en lutte, & leur lutte fatale est éternelle, parce qu’elles sont les esprits des Élohim. Leur amour est une guerre, & leur guerre produit l’amour. C’est de cette tradition kabbalistique que sont venues les fables des Titans, les géants de la Genèse, & les batailles des démons & des anges.

Les démons sont à jamais repoussés, parce qu’ils sont les égrégores du respir.

Il a été dit à Schitan leur chef : SOLVE.

Et à Schicad, chef des égrégores de l’aspir : COAGULA.

Voici ce que les kabbalistes disent encore : « L’infiniment petit ne saurait voir l’infiniment grand & échappe lui-même à la vue. »

Pour les insectes que nous foulons aux pieds sans les apercevoir, nous sommes des dieux aveugles & lourds, & pour d’autres dieux, infiniment grands relativement à nous, nous sommes des insectes invisibles.

Les égrégores, en se battant, écrasent des peuples, comme des fourmilières & ne savent même pas que nous souffrons & que nous mourons.

II. Les géants de la Genèse, les Titans de la fable, les anges d’Hénoch sont les égrégores ennemis des dieux, parce que les dieux ont des fictions des hommes.

PARRUS a écrit une farce obscène qu’il a intitulée « La Guerre des Dieux » ; il ne croyait pas, en cela, toucher à un des suprêmes arcanes de la magie. La guerre des dieux est éternelle, mais jamais les anges n’ont lutté contre Dieu.

Le combat d’Éros & d’Antéros représente la guerre des dieux.

Les deux serpents d’Hermès se menacent toujours, mais une main cachée dans le mage tient & dirige le caducée.

XI. L’homme ignorant & faible qui subit la fatalité devient l’esclave & le jouet des égrégores, mais le sage est au-dessus d’eux parce que DIEU est lumière dans le sage."

 

 Eliphas LeviL’Initiation, avril 1896.

 

Il est possible que les Egrégores / Dieux soient les racines des différentes races extraterrestres ?... Alors nous serions une seule et même famille qui ne s'arrêterait pas aux frontières de la Terre... Mais avant d'avoir cette prise de conscience globale et en action concrète, il reste bien du chemin. Quoique les barrières s'effondrent sous nos yeux dans le tumulte des bouleversements que nous traversons actuellement. Aussi, les Egrégores/ "Dieux" s'apprêtent-ils à sortir de l'ombre caverneuse de notre inconscient ? A nous de voir, de conscientiser, et ainsi de découvrir peu à peu l'âge d'Or de la transmutation de l'Histoire. Une Histoire où les images divines ont pris tant de formes dans les divisions successives (Anciens, Elohim-Dieux, Géants-Titans, ...). Images qui se sont fait/se feront la guerre mais dont persiste comme un éternel présent immaculé, la Source, dont l'étincelle est au coeur de tous. La Source est un Archétype pour les mental-egos nourrissant les Archétypes, et prend ainsi la forme primordiale de la Vierge Mère, gardienne de ses formes blanches sous ses formes noires. Ces formes archétypales blanches et noires de la Mère universelle se réunissent, se fondent et s'annihile dans l'or de la réalité amoureuse transcendant les polarités et les mentalisations grégaires. Elles enregistrent et décrivent, avec leur filiations une histoire gravée au sein même de chacune de nos cellules (par exemple : ADN en forme de deux serpents entrelacés, image vivante et microcosmique du caducé d'Hermès).

 

Est-ce les égrégores millénaires/"Dieux" qui ont créés l'Histoire humaine ou est-ce que c'est l'Histoire humaine qui les a créé ?... Les égrégores ne sont ni positifs ni négatifs : ils sont le résultat et la cause de l'humain expérimentant la séparation de la Source. C'est plus ou moins vibrants, plus ou moins proche dans la relativité, d'où les concepts de "bien" et de "mal" relatifs à la position de l'observateur dans la matrice-univers.

Ces égrégores agissent sans doute par nous et "en-dehors" de nous par l'intermédiaire du mental-ego. Ils font la guerre pour le pouvoir que donne l'énergie émotionnelle, psychique et spirituelle émanant de l'humain.  Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas : les hommes "pré-divins" luttent pour l'énergie, renouvelable ou non.

 

Les "Dieux" sont le reflet de l'inconscient humain. L'Homme divin, pleinement conscient de sa divinité, peut vivre parmi les "Dieux" et les formes sans en être la "proie" ou l'instrument malgré-lui et malgré-eux, car il unit dans la paix de son coeur les Archétypes qu'ils représentent et qu'il comprend comme concepts d'une illusion : ils les aiment comme autant de supports de créativité, de tuteurs alchimiques permettant ou résultant de l'expérimentation dans la matière, et il y sème la joie libératrice à la mesure de qu'il s'aime et aime. Alors : ils sont simplement des fonctions de sa divinité et non des formes chimériques qui ne le sont que dans un oubli plus ou moins prononcé de l'inconditionnelle unité véritable.

 

La notion même d'Archétype, de Dieux, de Veilleurs, de Gardiens du seuil, ou d'Egrégores s'effacent lorsqu'ils sont intégrés au présent de la conscience unitaire hors mental, mais bien sûr dans le monde de la relativité dualiste, nous passons et interagissons alchimiquement à travers et au sein des formes du Créateur des rêves. Ce Créateur c'est "nous" en sommeil plus ou moins profond, plus ou moins dense, suivant les cycles. C'est "nous" en tant que Un, qui divisés, ne l'est que par illusion créative.

 

Le temps de la recréation est peut-être venue : observation et vie en conscience et en joie au sein de l'illusion que d'aucuns qualifient de prison. Mais nous avons le pouvoir créateur de transformer la prison jusqu'à retrouver le foyer : tout est question de regard. Celui de l'oeil trônant au sommet de la pyramide peut bien être celui de l'Homme divin contemplant et transformant son rêve depuis la pure conscience, plutôt que celui du vengeur cruel et jugeur (n'est-ce pas toujours notre oeil ?). Tout est question de point de vue et d'acceptation, en dehors de tout jugement préconçu par le regard d'autrui ou par l'épisode d'une Histoire.

 

Quoique l'on puisse dire, une seule chose devrait sans doute être à retenir si l'on veut retenir l'Histoire : "connais-toi toi-même et tu connaîtras l'Univers et les dieux".

 

 

 



17/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres