Une autre histoire, sur la piste des Dieux

Une autre histoire, sur la piste des Dieux

Bugarach dans la tempête médiatique

Bugarach à tous vents et à tout va

Par le Passeur.


Ca fait un petit moment que je me demande pourquoi une telle campagne médiatique s’est répandue autour du pech (pic) de Bugarach dans la magnifique Haute-Vallée de l’Aude en France, qui prolonge la chaîne des Pyrénées et entame celle des Corbières. Pour ceux qui y auraient pu y échapper, Bugarach est un petit village surplombé par une très belle montagne (celle que vous voyez en en-tête de chaque page de ce site), jouxtant Rennes le Château, un autre petit village qui a lui-même fait couler beaucoup d’encre et de salive au sujet d’un trésor mythique autour duquel tourbillonne l’histoire des Wisigoths, des Mérovingiens, de Jésus et Marie-Madeleine, des Cathares et des Templiers, ainsi qu’une pléiade de curieux venus du monde entier. Autant dire que la région a de quoi nourrir bien des fantasmes.

Le dernier en date a pris racine dans les médias en Janvier 2011 autour d’un leitmotiv fondateur consistant à affirmer que les Mayas ont annoncé la fin du monde pour le 21 Décembre 2012, que le seul lieu sur Terre qui serait préservé serait Bugarach et qu’il était d’ailleurs déjà pris d’assaut par des hordes d’illuminés qui font bondir le prix de l’immobilier. Voilà pour la pantalonnade qu’assènent donc depuis plus d’un an à travers toute la planète la presse écrite, les radios, les télévisions et bien-sûr le web. Une évidence que j’aimerais rappeler – et qui eut été aisément vérifiable par n’importe qui aurait pris la peine de vérifier – les Mayas n’ont jamais annoncé de fin du monde à la date du 21 décembre 2012 ni d’ailleurs de fin du monde tout court, et encore moins ont-ils jamais eu l’idée d’évoquer Bugarach qu’ils ne connaissaient d’ailleurs sûrement pas. Quant aux prix très excessifs de l’immobilier, ils sont déjà une triste vérité depuis une douzaine d’années, date à laquelle un grand nombre d’anglais forts d’une Livre Sterling pesant lourd à l’époque ont acheté très cher des ruines qui avant eux ne valaient que l’herbe qui les entourait. Mais qu’importe pour les « journalistes », qui ont autre chose à faire que leur métier, la légende est en marche.

L’histoire n’est pas si anodine et je suis persuadé qu’elle cache quelque chose qui m’incite aujourd’hui, après avoir hésité, à en parler.

Il faut avoir à l’esprit que lorsque la presse ne trouve rien à se mettre sous la dent, elle peut se saisir d’un sujet aussi futile et en faire son brouet, éventuellement réchauffé par la suite par des concurrents eux aussi désœuvrés. Ca arrive parfois au mois d’Août, grand creux de la vague, et au mieux l’agitation dure deux ou trois semaines grand maximum. En l’occurrence, tout est parti d’un bref article dans un journal local et du manque de clairvoyance d’un maire semble-t-il avide d’un peu de publicité autour du village et de ses terrains à vendre.

Au début de l’année 2011, c’était l’époque du « printemps arabe » et de bon nombre d’autres sujets autrement plus denses, il est donc déjà surprenant que ce thème ait pu prendre racine dans le maëlstrom d’informations du moment. Encore plus surprenant qu’il ait fait école non seulement sur le plan national, mais aussi international. Les habitants du lieu ont vu et voient toujours au moment où j’écris ces mots plus de journalistes que de touristes cette année, venus de tous les continents. Les vraies hordes sont là. Et la propagande lancinante sur le même thème que le départ continue à bercer le téléspectateur très régulièrement depuis plus d’un an. Cet engouement des médias est si disproportionné que même lorsqu’il s’est agit de faire basculer l’opinion publique vers le conflit armé, avant la première guerre du Golfe en 1990, la « préparation » médiatique, dont on connaît bien aujourd’hui les ressorts, n’avait pas duré aussi longtemps.

Visiblement, ceux qui veulent ça ont décidé de faire passer un message qui associe les peurs inventées par les médias au sujet de 2012 et le nom de Bugarach, jusque-là inconnu de la plupart. La question n’est donc plus de se demander s’il y a une volonté derrière tout ça, mais plutôt laquelle ? Existerait-il une information que détiennent les marionnettistes et que nous n’aurions pas ? Une information qui éclairerait le pourquoi de cet épandage médiatique sans précédent autour d’une montagne battue par les vents ?

Maintenant il est vrai que cette montagne n’est pas tout à fait comme les autres, qu’elle est le phare d’une région sauvage peuplée de mystères liés à une histoire humaine longue et tumultueuse, qu’elle attire des gens du monde entier et qu’elle semble intéresser de près les militaires. Si l’on tient compte d’une part de leur présence fréquente sur place – la légion et les parachutistes – ainsi que du survol fréquent de la zone et particulièrement autour du pic par des chasseurs Mirage, des avions-cargos Transals à très basse vitesse et des hélicoptères, ainsi que d’autre part d’un balai assez soutenu de ce qu’il faut bien appeler des OVNIS (j’en ai vus personnellement un grand nombre sur place), enfin de la soit-disant « nécessité » envisagée par les pouvoirs locaux de boucler militairement la région après l’été pour faire face aux supposées hordes de findumondistes terrifiées, on peut assez aisément imaginer que le fil rouge le plus vraisemblable nous ramène à l’activité OVNI.

Se préparerait-il quelque chose de ce côté ? Je n’en sais rien, je ne peux qu’observer, raisonner et ressentir. Mais si vous voyez quelque chose de tel arriver un de ces quatre, soyez sûr que ce qui en sera dit dans un premier temps sera faux comme l’est déjà tout ce qui est répandu sur le sujet et sera destiné à cacher autre chose. En attendant, je laisse la parole à Monique Mathieu, qui connaît aussi cette région et qui nous transmet le message qui suit.

Fraternellement,

Le Passeur.


Par Monique Mathieu.


- Il y a un lieu qui fait fureur en ce moment dans les médias, c’est le mont Bugarach. Ce lieu va-t-il servir au moment de la transition ? Y a-t-il d’autres lieux sur Terre qui s’ouvriront pour permettre la transition ?

« Nous aimerions vous dire qu’il n’y a pas de lieux privilégiés, que ce soit au Bugarach ou ailleurs !

Cela prouve l’ignorance des êtres humains et la grande facilité qu’ils ont à se faire manipuler par leurs semblables, parce que la manipulation à ce niveau-là ne vient pas des puissants, elle vient des semblables.

Le Bugarach est effectivement un lieu très particulier; c’est un lieu où se trouve une immense base intemporelle, c’est à dire une base qui fonctionne aussi bien en troisième dimension que dans les dimensions supérieures. C’est un lieu qui est en rapport direct avec des êtres venant d’autres sphères et où se trouve une porte d’accès sur d’autres mondes, une porte du temps. A ce niveau-là, certes, c’est un lieu important. C’est également un lieu où vous pouvez ressentir des énergies très puissantes émises par ce qui se trouve en-dessous, c’est-à-dire cette base intemporelle qui fonctionne à trois niveaux de fréquences vibratoires différents. Il y a en permanence des allées et venues entre la planète Terre et, essentiellement en ce moment, certaines planètes des Pléiades.

Quant à dire que ce lieu sera un des lieux les plus protégés au monde s’il y a de grands évènements ou, comme vous le dites (et cela nous amuse grandement) s’il y » la fin du monde », c’est vraiment une pure illusion  !

Il y a beaucoup de lieux protégés. Nous avons souvent dit ceci : si vous habitez les grandes villes, cela sera plus difficile pour vous, et il vous sera peut-être nécessaire, à un moment donné, de les quitter. (Nous ne désirons pas faire de catastrophisme, ce n’est pas le but que nous avons choisi).

Si vous habitez les côtes, il pourra en être de même. Nous l’avions dit il y a de très nombreuses années. C’est simplement une réflexion logique ! Votre planète se réchauffe, donc le niveau des mers va augmenter, c’est-à-dire que la configuration de vos côtes risque d’être différente de ce qu’elle est actuellement, et par le passé elle a déjà souvent été modelée, justement par rapport aux augmentations ou diminutions du niveau des mers. C’est simplement une éventualité logique !

Il y a aussi une éventualité logique concernant les villes. S’il y a un resserrement économique trop important, vos cités seront aux premières loges en ce qui concerne les grandes difficultés. Bien évidemment, les personnes qui habitent dans les villes moyennes ou dans les campagnes auront un peu moins de difficultés s’il y a éclatement … »

- J’entends, comme dans le creux de l’oreille :

« Il y aura éclatement, mais n’en parlons pas !

Les lieux privilégiés seront donc tout simplement les endroits les moins peuplés !

Cependant, nous disons que le Bugarach est un lieu important au niveau vibratoire et par rapport à ce qui s’y passe au niveau intemporel. C’est en fait une porte donnant sur l’extérieur de ce monde. Cela aussi vous le comprendrez beaucoup mieux dans quelques temps !

Alors ne vous précipitez pas vers le Bugarach à la fin de l’année, cela ne servira strictement à rien, si ce n’est à vous occasionner beaucoup plus de tracas et de difficultés que cela ne pourrait vous occasionner de plaisir.

De plus, nous dirons ceci : encore une fois, vous donnez une importance considérable à la vie ! Pourquoi aller vous réfugier dans un endroit bien spécifique de votre planète alors que vous avez toute l’éternité pour vous ?

Il faut respecter la vie, il faut aimer profondément la vie ! La vie sur ce monde est éphémère et il faut que vous le conceviez ! La vie sur ce monde est éphémère, et heureusement pour vous, humains, parce que si elle devait durer des centaines d’années dans les conditions actuelles, ce serait absolument terrible ! Vivre des centaines d’années dans un milieu de sérénité, de joie, de paix, de fraternité et d’Amour serait merveilleux, mais si vous deviez vivre des centaines d’années dans les conditions actuelles, nous dirions : « pauvres humains ! Comme nous les plaignons ! » (Bien sûr, nous ne savons pas que ce qu’est « plaindre », mais nous savons ce qu’est la compassion par rapport à la souffrance).

Voilà ce que nous désirions répondre concernant le Bugarach, et nous espérons qu’au travers de cette réponse les êtres qui pensent qu’ils seront protégés en allant en ce lieu à la fin de cette année se réveilleront et prendront conscience de leur ignorance, et  même (nous utiliserons un mot un peu excessif mais qui convient tout à fait) de leur bêtise ! »

Source originale du message transmis par Monique Mathieu.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes : qu’il ne soit pas coupé, qu’il n’y ait aucune modification de contenu, que vous fassiez référence à notre site  http://ducielalaterre.org, que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu.

Source : http://www.urantia-gaia.info



23/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres